Ou de rapidement en trouver. Dans cet article, je souhaite discuter avec vous de l’utilité de se passionner pour quelque chose ou, du moins, avoir un intérêt certain pour quelque chose. Pas seulement la passion de la photographie ou du voyage mais plutôt la passion dans son acception globale. Comment la passion peut-elle nous rendre plus épanoui dans notre quotidien ?

NB : Cet article est une introduction à une série de reportages à venir (« Do What You Love ») sur la thématique des passions et de ces femmes et hommes qui, au quotidien, vivent de leur passion. 

Récemment, je me suis posé la question de savoir de quoi j’étais réellement passionné, de savoir ce qui, chaque matin, me donnait la force et la motivation de sortir du lit et de savoir ce qui, chaque soir, me tenait éveillé si tard. Et bien, c’est moins facile de répondre à ces interrogations qu’il n’y parait de prime abord.

Dans mon cas, par exemple, la photographie n’est pas une passion que je qualifierais d’« originelle » dans le sens où elle ne m’ait pas apparu dès mon plus jeune âge. Ce que j’aime depuis mon enfance, c’est la nature en premier lieu. La nature qui m’a poussé ensuite à pratiquer la randonnée, pratique pour laquelle je me suis passionné. Et puis, de la randonnée est arrivée la photographie.

Mais aujourd’hui, force est de constater que tout le monde n’a pas le temps (ou le loisir) d’avoir une passion. Ça peut s’expliquer par le travail de Maslow en 1954 et en particulier à travers sa pyramide des besoins.

En théorie (car cela reste bien sûr de la théorie), les individus ne satisfaisant pas au minimum les deux premiers socles de la pyramide seraient trop préoccupés par assouvir des besoins de première nécessité. De ce fait, l’épanouissement personnel dans un élément pleinement choisi ne fait pas partie des priorités : le temps manque, l’argent manque ou la motivation manque. Je reste tout de même assez dubitatif sur l’application concrète de cette pyramide. J’envisage la passion ou les passions comme un levier de motivation formidable, avec des répercussions dans chacun des domaines de notre existence (travail, santé, relations).

Malgré tout, le respect de la pyramide de Maslow n’empêchent pas le fait que des individus n’ont tout simplement pas de passions ou de centres d’intérêts identifiés. Attention, je ne dis pas que ne pas avoir de passions est quelque chose de mal : chaque personne est libre de s’épanouir de la façon dont elle le souhaite. Pour autant, je voudrais vous lister deux effets positifs que j’ai pu ressentir par la pratique de la randonnée et de la photographie en tant que passions.

1. La pratique d’une passion procure un bien-être psychologique

La passion, lorsque celle-ci est harmonieuse, reflète une force motivationnelle qui nous amène à investir du temps et de l’énergie dans quelque chose que l’on aime. C’est le premier effet que je peux ressentir quand j’envisage une randonnée ou une sortie photo : plus rien ne semble avoir de limites et j’ai toute la motivation possible pour mener à bien mon projet. On va dire que c’est une sorte d’élément déclencheur pour ressentir les bienfaits suivants. Sans motivation, pas d’application concrète de ce que l’on imagine / conçoit.

Au-delà de la motivation, la passion tend à notre réalisation personnelle, comme si nous étions un peu plus « nous-même ». Réalisation personnelle mais également épanouissement personnel. Et sur ce point, l’alliance passion – travail est certainement un combo souhaitable : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. » Confucius. L’épanouissement personnel est l’aboutissement même de l’implication de l’individu dans une passion. C’est le résultat des efforts, de l’énergie investie et du bonheur accumulé. C’est grâce à l’épanouissement que l’on en retire que les désagréments liés à la pratique d’une passion sont relégués au second plan : fatigue, coûts financiers ou risques pour notre santé.

Il faut toutefois préciser qu’une passion, ça ne se décide pas vraiment, d’où la difficulté lorsque rien ne semble vraiment nous intéresser. La passion doit nous tomber dessus, paraître être une évidence et combler un vide ou un manque dans notre vie. Personne, pas même nous, ne peut forcer la passion. Il ne reste plus qu’à attendre, expérimenter, se tester pour espérer rencontrer cette aspiration naturelle qui viendra satisfaire un besoin instinctif.

2. La pratique d’une passion vous ouvre de nombreuses portes, parfois insoupçonnées

En effet, vous pourriez être surpris des opportunités possibles lorsque l’on possède une passion. Réaliser quelque chose que l’on aime, régulièrement, se perçoit aisément pour des spectateurs extérieurs. Et c’est justement ce qui pourrait vous être bénéfique. Dans un premier temps, il y a bien sûr des opportunités financières : que l’on vous paye pour vos services ou que vous travailliez en partenariat avec des marques par exemple, les possibilités sont nombreuses. La ferveur que vous engagez dans votre passion sera d’autant plus appréciable pour quelqu’un qui vous solliciterai.

Mais c’est également des opportunités matérielles et immatérielles qui peuvent se créer. Je pense notamment à des expériences que l’on vous propose : s’initier à de nouvelles activités par le biais de notre passion, recevoir des invitations pour participer à des évènements (comme des concerts pour un photographe évènementiel, un salon de voyage pour un blogueur voyage etc..). Découvrir et partager avec les autres sont deux conditions essentielles, même nécessaires, pour évoluer dans sa passion et ce genre d’opportunités sont toujours à rechercher et à prendre, peut-être parfois plus qu’un avantage financier. Alors, apprenez à dire oui à toutes les propositions que vous pourrez recevoir : vous ne savez jamais quelles conséquences cela peut avoir sur votre épanouissement personnel.

Au travers de cet article, je souhaite simplement vous partager ma modeste réflexion sur le sujet. Je préfère laisser la parole aux passionnés que j’irais rencontrer dans la suite de cette série tournée vers la pratique d’une passion et des personnes qui en vivent. C’est une thématique que je trouve intéressante à une époque où il peut être difficile de savoir ce que l’on aime et ce que l’on veut dans notre existence. 

Si cet article vous a plu ou que vous souhaitez y réagir, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire. 😉