Dans mon article De l’importance d’avoir des passions, j’avais prévu que ce soit une introduction à une série d’interviews avec des créatifs, artisans ou tout autre passionné, pour recueillir le point de vue de chacun sur ce qui les pousse à créer au quotidien.

Pour ce premier épisode, je reçois le témoignage de Charlotte PILAT, photographe et graphiste indépendante basée dans la région Rhône-Alpes. Je suivais de près son travail sur Instagram et je me suis dit qu’elle pourrait nous éclairer sur son processus de création et la vie d’une freelance. Merci à elle d’avoir répondu à mes questions, vous pourrez retrouver l’ensemble de son travail sur son Instagram @charlottepilat et prochainement sur son site !

En quelques mots, tu peux nous décrire ton parcours et ton métier actuel ?

Je me suis mise à la photo au lycée, j’organisais des petits shooting avec les moyens du bords, en achetant des accessoires dans des vides-greniers et en prenant comme modèles ma petite cousine ou mon grand-père… J’avais une envie de monter des petites scènes, de faire des sortes de films photographiques.
Après le bac j’ai commencé mes études par une école d’arts appliqués à Lyon en voulant devenir photographe et finalement j’ai opté pour un BTS design graphique et enchainé avec un master Direction artistique. C’était des études franchement intenses, je me suis remise en question chaque année, mais je m’en suis finalement bien sortie et je ne regrette pas de m’être accrochée. Actuellement je bosse dans une boite de e-commerce. Je m’occupe de tous les aspects de l’image de la marque. C’est plutôt varié et je fais aussi bien du graphisme « pur » (maquette de sites, illustrations, support de communication, etc) que de la photo (packshot photo, photos d’ambiance, instagram… )

Charlotte PILAT

Te considères-tu comme une personne créative ?

Elle c’est la question piège c’est ça, on arrête les autres questions si je réponds non ? Évidemment que je suis une personne creative !

En tant que photographe, on est toujours à la recherche de nouvelles sources d’inspiration. Comment tu trouves de bonnes idées en tant que graphiste ?

Je ne différencie pas vraiment les deux activités au niveau du processus intellectuel. Pour le graphisme comme pour la photo, je passe pas mal de temps sur les sites d’inspiration, les réseaux de partage de photographie / illustrations. Aujourd’hui ça peut-être Pinterest, au début c’était par exemple DeviantArt… Je feuillette aussi pas mal de magazines et brochures un peu partout, y compris pendant mes voyages, et j’ai bouquiné une bonne quantité de livres d’art en tous genre pendant mes études (j’habitais à côté d’une grosse bibliothèque, ça aide).

Charlotte PILAT

D’ailleurs, la photographie occupe t’elle une place importante dans ton processus de création ? Ou bien c’est un autre moyen de t’exprimer ?

La photographie occupe effectivement une place très importante dans mon processus de création puisque c’est une source d’inspiration mais c’est aussi le moyen d’expression que je préfère parce qu’il regroupe la mise en scène, la décoration, la recherche graphique, l’action… tout en laissant une bonne liberté.

Comment tu abordes le rythme du freelance ? Les remises en question, le stress et la charge de travail ?

Je n’ai pas beaucoup de contrat en Freelance, ça reste vraiment très ponctuel. Je fais ça en bonus à coté de mon activité principale lorsque j’ai du temps et surtout l’envie de m’aérer la tête sur un projet nouveau. Alors non pas de stress ! Loin de là !

Charlotte PILAT

Si tu avais trois leçons à retenir de ton expérience, qu’elles seraient-elles ?

Ahah j’ai l’impression d’être une vieille avec cette question ! Je ne sais pas si j’ai beaucoup d’expérience mais je dirais que mon point le plus important c’est de s’amuser.
J’ai souvent peur de faire des créations qui ne (me) plaisent pas et ça me bloque. Bien souvent le déclic vient simplement quand je me dis que je fais mes projets pour m’amuser, peut-être importe le rendu ou le regard des autres. Dès que je me rappelle de m’amuser, mon travail prend une autre dimension. Deuxième point que je retiendrai : rester créatif et persévérer.
Je suis arrivée en arts appliqués sans savoir dessiner. C’était un moyen d’expression qui me faisait peur et qui n’était pas inné pour moi, donc je n’avais jamais pris le temps de véritablement l’aborder. J’ai donc commencé les études d’art avec un gros handicap. Finalement je n’ai jamais vraiment appris à dessiner mais grâce à cet handicap, j’ai eu à trouver des moyens d’expression alternatifs là et redoubler de créativité.
En somme, si tu rencontres un obstacle, il y a toujours un moyen de le contourner. Enfin, ne pas avoir peur de changer.
En photographie, j’ai beaucoup changé de style, j’en change encore d’ailleurs. Je teste plein plein de choses différentes et souvent je vois ça comme un défaut. Finalement, aujourd’hui je vois ça comme une volonté de toujours me perfectionner et m’étonner. Le jour où j’aurais trouve « un style » en photo, finalement, c’est peut-être que j’aurais perdu ma motivation et ma curiosité.

Charlotte PILAT

Aujourd’hui, qu’est ce qui te permet de garder une motivation constante et vers quoi tu souhaites te diriger dans un futur plus ou moins proche ?

Les sites de veille créative comme Instagram pour citer le plus connu sont de réelles sources de motivation pour moi. Tous les jours je suis confrontée à des visuels qui me touchent. Ça me rappelle d’être active, ça me donne l’envie de sortir de chez moi et de me bouger, de produire.
Pour la direction que j’aimerais prendre, je ne sais pas vraiment, je me laisse un peu guider par mes expériences, mais de façon générale je voudrais arriver à faire plus de photos et pourquoi pas appréhender de la video.

Pour finir, as-tu des ressources utiles qui te permettent d’aborder plus facilement ton travail au quotidien ou de trouver un équilibre avec ta vie personnelle ?

Des madeleines, du café, du café, beaucoup de madeleines. 

Charlotte PILAT

Encore un grand merci pour la participation de Charlotte à ce premier épisode de la série Do What You Love ! J’espère que ce format vous aura plu et que les réponses de Charlotte vous seront utiles pour vous éclairer sur la pratique créative et le freelance. On se retrouve vite pour un prochain épisode !

Si l’article vous a plu ou que vous souhaitez réagir, n’hésitez pas à laisser un commentaire 😉