Mars. La neige commence progressivement à fondre des sommets du Massif Central. En guise de second séjour de l’association PEAP, nous avons décidé d’en profiter une dernière fois avant l’arrivée du printemps. C’est le Cantal qui fut choisi pour passer un week-end raquettes et ski alpin, à la station du Lioran, au pied du Plomb du Cantal (1800m). Retour sur une journée d’exploration en mode alpiniste du dimanche.

Boucle du Font d’Alagnon

Depuis Mende, il faut compter environ 1h30 de route pour se rendre au Lioran. Cette proximité en fait un choix privilégié pour les lozériens lorsque les chutes de neige sont abondantes sur le Massif Central. Mais nous voulions surtout découvrir les possibilités en terme de sentiers de raquettes. C’est dans ce but qu’était orientée notre première journée sur place.

Premier constat : les sentiers « officiels » ne sont pas nombreux… Seulement un parcours unique est proposé par la station, parcours sans grand intérêt puisqu’il ne comprend pas beaucoup de dénivelé et se cantonne dans une seule et même forêt. Après concertation, nous décidons d’improviser au fur et à mesure avec pour finalité de prendre un peu d’altitude. C’est donc parti, une fois s’être chacun équipé au magasin de location.


N 45° 4′ 54.894′ E 2° 44′ 55.6866′ 

Durée : Trois heures environ. Un peu plus en comptant les nombreuses pauses nécessaires.

Dénivelé : +350m.

Difficulté : Moyen. Les dénivelés font beaucoup de dégâts par moment. 

Accès routier : Depuis l’A75, sortir à Saint-Flour et prendre la direction de Murat. Ensuite, suivre le Lioran. 

Hébergement : À la station du Lioran, les logements sont nombreux pour vous permettre de pratiquer les activités du coin (ski alpin et raquettes).

 


La première partie de notre randonnée en raquettes se déroule paisiblement sur un chemin forestier adapté, croisant par moment des pistes du domaine skiable. Ambiance détendue pour notre petit groupe (de 14 personnes tout de même).

Les choses se compliquent lorsque nous empruntons un sentier sinueux avec un fort dénivelé pour rejoindre le buron de Meig-Cost, à une altitude de 1450m. Notre groupe se scinde en plusieurs morceaux selon les rythmes de chacun. Sans grande difficulté technique et praticable en raquettes, c’est surtout la montée qui donnera du fil à retordre aux moins physiques.

 

C’est au buron que nous patientons que toute notre troupe soit de nouveau complète. Et puis, voici aussi l’occasion de profiter du paysage et sortir l’appareil. À cet endroit, la vue est bien dégagée sur le Plomb du Cantal dans son intégralité. Accompagné d’un bon café chaud, cet arrêt se transformera vite en véritable pause pour tout le monde.

L’après-midi est déjà bien entamé, il ne faut pas tarder à remettre les raquettes pour continuer notre périple : autrement, la nuit risque de nous surprendre. Nous allons tenter de rejoindre une corniche en prenant toujours plus d’altitude. De là, nous emprunterons ce qui est, en dehors de la saison hivernale, un chemin de randonnée. Le retour par boucle se fera en coupant par les pistes du domaine jusqu’au chemin forestier de départ.

L’ascension jusqu’à la corniche se révèle plus ardue que prévue : la neige est gelée et glissante, malgré nos raquettes. Le dénivelé n’est pas dangereux mais une glissade pourrait entraîner de fâcheuses conséquences. C’est d’ailleurs l’une de nos membres qui se fera une petite frayeur en s’engageant en glissant sur la pente, mais plus de peur que de mal.

C’est la bonne humeur qui l’emporte en ce milieu de journée. Le soleil est de retour et l’arrivée sur la corniche offre des points de vue splendides sur le Cantal. Nouvelle pause pour prendre un peu la lumière et faire voler le drone d’un des participants.

Nous rencontrons également de nombreux skieurs de randonnée, en plein stage d’alpinisme, s’attaquant à des sommets plus élevés que celui sur lequel nous nous trouvons. Ambiance haute-montagne pour le groupe, entouré de ces skieurs suréquipés.

Depuis cette corniche, nous pouvons admirer l’originalité géologique du Puy Gris, semblant sortir de nul part et pointant le ciel sans ambiguïté. Il est bon à savoir que les monts du Cantal sont en fait des volcans endormis, le Plomb du Cantal constituant même le plus large volcan d’Europe. Il y a des millions d’années, les sommets que vous voyez ici en photos atteignaient presque 4000m d’altitude. C’est pourquoi ces montagnes donnent l’impression de sortir du sol au milieu des plaines du Cantal.

Fin d’après-midi, c’est l’heure de redescendre sur la station pour rendre notre matos et se boire une petite bière dans un bar. Après avoir atteint le domaine skiable et les larges pistes, il nous faut rejoindre le bas en sécurité : pas facile tant le dénivelé des pistes est important. Au final, la plupart d’entre nous descendra sur les fesses, en se laissant glisser sur la neige gelée. C’est dommage que la station du Lioran n’ait pas prévu un itinéraire officiel calqué sur celui que nous avons effectué : en assurant une descente en sécurité et non sur les pistes, une telle randonnée en raquettes présente un réel intérêt.

De retour sur le chemin forestier du début de journée, nous prenons le temps de réaliser la traditionnelle photo de groupe avant de conclure nos six heures d’exploration.

Le lendemain, j’avais prévu de partir de nouveau en raquettes avec Simon mais la météo tourna à l’orage et je n’ai pas ramené suffisamment de clichés pour partager la journée avec vous. Au final, on retiendra surtout cette première journée et cette longue sortie, où tout le groupe était réuni pour l’occasion.

En conclusion, si vous êtes en Lozère ou plus généralement dans le Massif Central, la station du Lioran constitue une excellente alternative lorsqu’on ne souhaite pas rejoindre les domaines bondés des Alpes ou des Pyrénées. Je regrette tout de même le peu d’accent mis sur les randonnées en raquettes, des efforts sont encore à faire alors que le coin offre de très bons panoramas et points d’intérêts. Reste à improviser, comme nous, pour en profiter au maximum.

Si cet article vous a plu ou que vous souhaitez y réagir, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire. 😉